Videos
Le saint coran en français
Kany Dambanhaté la sublime jeune femme diakhankée de Kamsar chante:"yafamma"
Aboubacar II Diaby lui aussi chante :"Touba".
Mory Kanté chante le grand Soundjata
Galerie Photos
La Grande Mosquée Fayçal de Conakry.
La prestation de serment de Monsieur Alpha Condé.
Feue Hadja. N'nantou Minthé
assemblée de l'AJDF
Mariame Cissé.
Le Baobab africain(symbole de la sagesse de nos anciens).
Sa majesté lé Kilimandjaro.
Le fleuve Congo.
La kora est un instrument musical africain.

LES DIAKHANKES

SommaireAccueil


          photo de feu N'fâ Sory Diakhaby (fin  connaisseur du coran)

                             Diakhankés


Histoire :

Les Diakhankés sont membres d'une communauté d'origine SONINKE. Cette communauté a été fondée par le grand patriarche El Hadj Salim  Cissé ( qui sera plus tard appelé Elhadj Salim Souaré) et plus connu sous le nom de DIAKHA LAYE Souaré ou Mbemba Laye. Le Mouvement Diakhanké qui se veut basé sur l'expansion pacifiste de l'islam, est apparu au XIVe siècle et s'est développé surtout pendant le règne du célèbre Kankan Moussa, empereur du Manding. Diakha Laye est originaire de la ville de Diaka dans le Macina. Après de longues pérégrinations, il est passé par le Diafounou, le Saloum (Sénégal pour enfin s'installer dans le Bambouck, sur la rive du fleuve Bafing. Il fonda une localité à laquelle il donna le nom de son village d'origine, DIAKHA. Cette localité s'appelle Bambougou-Diakha ; le premier s'appelant Macina-Diakha. La communauté Diakhankée s'articule à l'origine sur quatre clans soninkés : Souaré (Tandia-Sambakhès-Cissé), Dramé (Kandji Missané), Fofana (Guirassy), Fadiga (Dibassy), ces quatres clans sont appelés les quatre calebasses ou (kalama nano). A ces quatre clans se sont ajoutés entre autres les Diakhité-Kaba, les Sylla, les Gassama-Diaby, les Dansokho,les Diakhaby,les Savané, les Badio, les Sakho etc.


L'instabilité politique qu'a subie l'empire du Manding due aux nombreuses guerres d'indépendance de ses provinces, a provoqué le déclin de Bambougou Diakha. Les Diakhankés se sont dès lors dispersés notamment vers le Sénégal oriental, dans les provinces du Boundou, Dantilia, Niokolo et Wulli, etc. Certains ont suivi les routes commerciales des Dioula. De célèbres villages ont été fondés par les marabouts Diakhankés. Les Dramé se sont installés à Goundiour, les Diaby à Didé, les Diakhité à Toumboura, les Sylla à Bani-Israël, etc. Tous ces villages sénégalais étaient de grands centres d'enseignements religieux.

LES GUERRES DE CONQUÊTES:
Les guerres de conquête coloniales opposant d'une part El Hadj Oumar Tall et Mamadou Lamine Dramé, et d'autre part l'armée coloniale française ont provoqué une nouvelle dispersion des Diakhankés. La ville de Touba en Guinée a été fondée au début du XIXe siècle (1815) par un autre Salim, surnommé Karamokhoba Diaby, originaire de Didé au Sénégal. Touba a été le centre principal du mouvement Diakhanké jusqu'à l'arrestation par l'administration coloniale de Karan Sankoung, arrière-petit fils de Karamokhoba en mars 1911. Il s'en est suivi un autre mouvement de dispersion des gens de Touba vers le Sud du Sénégal, la Guinée Bissau, la Côte d'Ivoire, etc.

Les Diakhankés se sont toujours conformés à la doctrine de El hadj Salim Souaré, opposée à toute forme de guerre (conquête ou Djihad).Ils se sont toujours occupés de l'enseignement pacifique (Heera sila) de l'Islam. Mais ils étaient aussi capables de se défendre de façon très directe, raison pour laquelle ils sont craints et respectés de tous. Notamment au niveau de la famille Diaby car étant représentée et reconnue officiellement comme étant l'une des descendances africaines du Calife Omar ibn Al-Khattab, du titre après Abu bakr. Cette famille possède la particularité d'être l'une des rares communautés,à être originaires d'Arabie Saoudite, (Les Diaby ne sont pas les seuls Diakhankés à venir d'Arabie mais il y a aussi les Sylla qui selon plusieurs source seraient des descendants d'al abbas l'oncle du prophète mais aussi les Dramé qui eux descendraient du compagnon Salman al Farisi il faut donc toujours être relativement prudent dans les histoires d'ascendance qui peuvent déclencher des véritable rancœur entre les clans). Les Diakhankés sont appelés Toubaka en Guinée, Azer en Mauritanie, Wangara en milieu Haoussa, Suwarians (de Souaré) par les Anglais.

Religion:
Les Diakhankés sont essentiellement connus pour leurs éruditions dans les sciences islamiques et leur très grande piété, le célèbre explorateur ibn Batuta explique à ce sujet dans son livre, lors de son voyage dans l'empire du Ghana s'être arrêté au village de Diakha dans le Macina, village dont sont originaires les diakhankés il dit " les gens de DIAKHA sont anciens dans L'islam, ils sont pratiquants et chercheurs de sciences". Les Diakhanké sont très respectés par les différentes ethnies d'Afrique de l'ouest qui les considèrent comme des descendants de Walîy (saint), en effet un nombre incalculable d'érudits Diakhankés ont atteint le degré de proximité avec AllAH le plus élevé, celui de la wilaya Ils sont souvent, maîtres soufi, versés dans les sciences du Batin(secret).


Ils adhèrent à l'école de jurisprudence de l'imam Malik ibn Anas (fiqh Maliki) et au dogme (aquida) acharites.les clercs Diakhanké interprètent les rêves et donnent des amulettes de protection, qui continuent à être très prisées. Ils célèbrent le Mawlid an-Nabi (naissance du Prophète) et le aid el fitr (عيد الفطر) fêtes de la fin du Ramadan et aïd al-Adha.


MÉTHODE D'ENSEIGNEMENT
la méthode d'enseignement Diakhankée est respectée partout dans le monde musulman et reconnue pour produire d'éminents érudits musulmans. Leur méthode consiste à éduquer les jeunes aux valeurs musulmanes, tout en encourageant les activités intellectuelles dans leur environnement naturel le programme standard du Majliss. Cela incorpore une introduction formelle dans les règles régissant la lecture et la mémorisation du Coran.
Elle est suivie par une enquête approfondie dans les études classiques de Ulum al-hadith (science du hadith), Usul al-fiqh (jurisprudence islamique), Nahw arabi ou Qawāidu 'l-luġati «l'Arabiyyah (arabe standard Grammaire) : acquisition du langage. Le programme est conclu par la suite par des cours de niveau avancé sur la science de l'exégèse coranique (tafsir). Autrefois Un total de 28 livres devaient être maîtrisés avant que l'étudiant puisse recevoir sa hijaza ou sanad (autorisation d'enseigner) de l'Université. Pour obtenir leurs diplômes, les étudiants étaient tenus de complètement copier ces 28 livres individuels à la main. Si elle est approuvée par le cheikh, l'étudiant obtenait la permission de commencer l'enseignement islamique dans son propre Karanta (l'école).


LES PERSONNALITÉS DIAKHANKES
les personnalités diakhanjé les plus connues sont entre autres :
Elhadj Salim Cissé le premier patriarche diakhanké et connu sous le nom de Diakha Laye Souaré à Diakhaba (Mali),Mohamed ba Dramé à Diakhaba(Mali),Kharou Mahmoud Fofana à Diakhaba(Mali),Tounlé Fadiga à Diakhaba(Mali), Souleyman Diakhabi à Diakhaba(Mali),KaraMokhoba Diaby à Touba (Guinée), Kaba Moubarak (Kaba Barka ba)à Touba, Mohamed Dramé ba (touba) Karan Taslimanga Diaby à Touba, Karan Koutoubo Diaby à Touba, Batourdian Dramé à Touba (Guinée), Karan Jeri Diakhaby (Guinée), Karan Sankoung Diaby à Touba, Karan Walo Diaby à Touba (Guinée),Fodew khairaba Dramé à Touba (Guinée), Karamö Alphaba Diakhaby( Soumma-Guinée), Karan Sambou Lamine Diaby à Sutunkung (Gambie), Karan Dembo Diaby à Sutunkung (Gambie), Karan Sanoussy Souaré à Soumboundou (Sénégal),Cheick Oumar Diakhaby( Saroudja- Sénégal) Karan Kandioura Souaré à Marakissa (Sénégal), Karan Mamadou Souaré à Diabycounda(Guinée Bissau), Karan Mady Hawa Souaré à Barrocounda(Gambie),Karan Ali Souaré à Barrocounda(Gambie) Karan Madiba Diaby à Kandialon (Sénégal), El Hadj Mbalou Fodé Diaby à Marsassoum (Sénégal),El Hadji Omar Fadiga (Guinée),El Hadji Ibrahima Fadiga (Guinée) El Hadji Soriba Diaby à Makacolibantan (Sénégal), El Hadji Abdoulaye Diaby à Makacolibantan (Sénégal), Karan Bacaye Diaby à Niandanki (Sénégal), El hadj Sidiya Diaby à Taslima (Sénégal), Elhadji Karamba Diaby a Massembeh (Gambie),Elhadji Alkaly Dramé (Marsassoum) ,EL Hadj Mama Fodé kaba (Missirah) ,El hadj Batouo kaba (Missirah), Fodé Sékhou Diakhité (Kolda), El hadj Ntaye Diakhaby (Kolda), Karan Kalifa Diaby (Kolda) El hadj Thierno Diakhaby (Bambadinka),Elhadji Bangaly kaba (Djelani).

Au fil du temps, par leurs activités commerciales et par la religion, les Diakhankés ont été au centre de métissages et de brassages divers. Au point que leur langue à l'origine soninké est fortement influencée, en fonction des milieux par le mandingue, le sousou, et même le peul. Mais par-delà les frontières qui les dispersent entre la Guinée, le Sénégal, le Mali, etc., la tradition diakhankée survit aux influences. La cuillère traditionnelle ou kalama continue de symboliser l’unité et la concorde. La religion reste aussi un ciment fédérateur, pour le groupe en lui-même et par rapport à son environnement.


POPULATION:
La population Diakhanké est estimée à 70 000 personnes réparties entre le Sénégal (40 000), la Guinée Conakry, la Gambie, la Guinée Bissau, le Mali (dans la zone de Kéniéba). Les Diakhankés sont une communauté d'origine soninké, installée en milieux mandingues dont ils ont emprunté la langue. Ils sont souvent agriculteurs ou commerçants, et fréquemment prédicateurs musulmans ou marabouts.

La variante mandingue que les Diakhankés parlent est appelée Diakhangakan ou parler Diakhanké qui selon les milieux est proche du Khassonké, du kabounké, du malinké. Le vocabulaire Soninké a tendance à disparaître pour être de plus en plus remplacé par les expressions mandingues. On note aussi des emprunts à la langue peul et sousou.
Au Sénégal, ils se sont surtout établis dans les régions de Tambacounda, de Kédougou, de Kolda, de Ziguinchor. La plus grande localité Diakhanké du Sénégal est certainement Missirah (Tambacounda). On pourra donc remarquer que beaucoup de diakhankés portent des noms de familles d'origine pulaar tels que Sidibe, Diallo.

Wikipédia



 
SommaireAccueil

Les Mots du Président
Pourquoi l'AJDF?

AJDF

M DA du XVIII
15, passage Ramey
75018 Paris

email: ajdf75@gmail.com
phone 06 09 97 32 24

Newsletter

Inscription
Desinscription 

Partenaires
AFRICA 24

LE SITE LEADER DU SÉNÉGAL.

Play Tv

RFI Afrique

Rosaweb,
le spécialiste Web
de la Guinée.

Les Mots du Président  ::  Flash infos  ::  Galerie Photos  ::  Accès Chroniqueurs  ::  Videos  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro